Accueil  >  Les lettres d’information de l’académie > De drôles d’ardoises à l’école !

Rubrique La lettre de l'Education en Bourgogne n°2 - Juin 2013

De drôles d’ardoises à l’école !

Le 6 juin 2013 -

L’école élémentaire du Paquier d’Aupré à St Apollinaire est équipée depuis avril 2012 d’un matériel expérimental créé par la société BIC, et cela dans le cadre d’une convention liant cette société, le rectorat et la mairie de St Apollinaire (21). Utilisée régulièrement par les enseignants et les élèves, particulièrement ceux de cycle 2, cette solution BIC® Education a permis de mettre à disposition un ensemble composé :

- 30 ardoises BIC® Tab (une ardoise et un stylo) développées pour répondre aux besoins spécifiques de l’école et rangées hors utilisation dans un meuble qui permet également leur recharge électrique et numérique. Cette ardoise numérique est développée pour répondre aux besoins spécifiques de l’école : sécurité, et faible degré d’obsolescence. Equipée d’un stylet ergonomique adapté aux mains des enfants, elle est d’abord conçue pour que les élèves puissent développer l’apprentissage de l’écriture. C’est ainsi que l’écran 10,1’’ possède un système de rejet de la main qui permet aux enfants d’écrire tout en posant naturellement leurs mains sur l’écran de l’ardoise comme ils le feraient en écrivant sur un cahier. L’écran est équipé d’une dalle résistive pour une vraie sensation d’écriture (pas de glisse excessive, résistance comme sur du papier) et une plus grande sécurité limitant les risques de projection de bris de verre en cas de chute.

- d’un ordinateur portable pilote doté, outre des applications proposées (et décrites plus avant), d’un logiciel de supervision, le logiciel BIC® Connect, permettant très facilement de créer des supports pédagogiques interactifs, de les partager sur les ardoises des élèves pour avoir la lecture et la « prise » par l’enseignant sur les ardoises individuelles.

Trois classes de CE1 (CP en 2011/2012), de CE2 et de CM2 de l’école sont actuellement concernées et cela depuis mars 2012.

Les ardoises contiennent des exercices « pré formatés » surtout dans les domaines fondamentaux (français et mathématiques) et concernent des activités d’écriture, d’associations d’étiquettes, d’importations de documents réalisés par les enseignants.

Progressivement à ces premières activités sont venues se greffer des possibilités de navigation sur Internet (pilotée par l’adulte) et depuis peu des textes à trous et des QCM sont également proposées aux enseignants.

Des contacts réguliers sont établis entre les concepteurs « techniques » et pédagogiques de la société BIC et l’équipe d’expérimentateurs, largement épaulés par l’ATICE de circonscription. Depuis le début de l’expérimentation, l’appui de l’équipe de circonscription est constant et prend la forme d’une présence très soutenue de l’ATICE, M. DEJEAN, qui intervient très régulièrement à l’école pour aider à la mise en place des activités, notamment dans l’élaboration des scénarii pédagogiques, pour le lien technique avec les concepteurs et pour la réflexion.

C’est ainsi que les propositions, retours sur expérimentation de l’équipe pédagogique ont pu permettre de proposer des améliorations sur les types d’exercices et sur la possibilité de relier ces ardoises sur le tableau numérique présent dans l’école.

La parole aux utilisateurs.

1. D. Péraldi – Professeure des écoles dans la classe de CE1 :
« Quelle utilisation faites-vous du matériel ? »
« J’ai utilisé le matériel pour des travaux nécessitant l’usage de l’écrit, puisque c’est le principe de l’ardoise. Certaines activités permettent d’utiliser un clavier virtuel, mais l’ergonomie du stylet (avec un aileron qui facilite la préhension) favorise plutôt ces activités écrites. Le module écriture a été utilisé comme prise en main du matériel avec les élèves. Dans ce contexte, l’entraînement a été l’aspect le plus fréquent.
Par la suite, les autres modules, ont été proposés : travaux sur énoncés de problèmes, résolution de problèmes avec schéma à produire, calcul mental, ponctuation de texte à rectifier, mots manquants à placer par glisser à l’endroit requis, etc.
J’ai la plupart du temps travaillé en binôme avec l’animateur TICE de la circonscription, car les petits dysfonctionnements dus à ce matériel en cours de développement pouvaient être ainsi gérés afin de ne pas perturber le travail des enfants. »

« Quelle a été la fréquence d’utilisation ? »

« Le matériel étant en cours d’expérimentation, la fréquence a été d’au moins une fois par semaine. De plus, nous avons souhaité utiliser aussi ce matériel avec le TNI, dont nous disposons à l’école, et nous avons privilégié le déplacement des élèves en salle informatique, car l’utilisation combinée de la solution Bic avec le TNI apporte un plus très important. »

« Quels types d’organisation de classe avez-vous pratiqués ? »

« Dans tous les cas, tous les élèves utilisaient les ardoises. Mais j’ai alterné des activités communes à tous, avec des activités différentes pratiquées par des groupes d’élèves. En effet, l’intérêt de la solution BIC® Education est la possibilité offerte de composer des groupes d’élèves, de favoriser ainsi la différenciation en leur proposant des exercices/activités variés suivant leurs possibilités, et cela en leur affichant directement sur leur ardoise.
De plus, pouvoir visualiser sur le portable les écrans des ardoises, mais aussi les afficher au TNI, intervenir sur ceux-ci, ou bien permettre à l’ensemble de la classe de visualiser l’écran d’une ardoise est un point très positif de ce logiciel, permettant ainsi une interactivité judicieuse.

« Quels intérêts voyez-vous à ce matériel ? »

« En fait, associé au TNI, on travaille sur des supports numériques qui offrent des possibilités importantes, dont, comme évoqué précédemment, le partage des travaux d’élèves grâce à l’affichage instantané à l’écran, ce qui provoque des échanges qui seraient difficiles à mettre en œuvre sans ces outils. Le côté numérique qui offre la possibilité de se tromper, de modifier, d’effacer sur l’ardoise rassure les élèves, en comparaison avec le cahier du jour traditionnel ou la peur des ratures peut parfois freiner certains d’entre eux. »

« Votre façon d’enseigner a-t-elle changé ? »

« Ces nouveaux outils dont le TNI fait partie, génèrent forcément une approche différente de la pratique pédagogique. Par les possibilités supplémentaires qu’ils impliquent, on peut aller plus loin dans tout ce qui nécessite des manipulations, des essais et leur validation, des entraînements, des échanges et confrontation de point de vue : ce qui replace d’autant l’élève comme acteur de ses apprentissages.
La différenciation facilitée permet aussi la personnalisation des parcours d’apprentissages qui répond ainsi aux besoins de tous les élèves ».

J. Manzoni, IEN Dijon Est (21). P. DEJEAN, Animateur TICE Dijon Est (21)